Archives > Saison 2009-2010 >
Le Tournoi de France dans le viseur pour le boxeur pro Amor BELHADJ-ALI
Nombre de visites : 617

Parution dans Le Progrès du 09 Janvier 2010


"J’y vais pour boxer. Et pour gagner. Amor Belhadj, boxeur rilliard de 23 ans, catégorie super-coq, plante le décor. Ce soir, il ne fera pas de la figuration au gala organisé à la salle Raphaël de Barros de Villeurbanne (à partir de 19h30). Parmi les boxeurs lyonnais présents, Amor sera le seul titré. Il doit affronter sur le ring un Bulgare "expérimenté et international", Stoyan Serbezov.
Alors qu’il n’a plus boxé depuis juin, et sa victoire au critérium à Fréjus, cet événement représente un "bon test" pour lui, licencié à l’ASCS depuis l’âge de 12 ans. "On se prépare pour la demi-finale du tournoi de France, qui aura lieu en avril normalement", ajoute son entraîneur, Azzedine ZITOUNI. Ce gala tombe donc à point nommé, d’autant plus que les adversaires sont difficiles à trouver. Azzedine ZITOUNI raconte : " Trouver des volontaires, de la même classe, pour boxer contre Amor, c’est notre gros problème. C’est souvent des gars qui ne s’engagent pas en championnat, et qui additionnent les victoires contre des boxeurs de seconde zone. Mais ce genre de boxeurs, ça ne nous intéresse pas." Pour le gala de Villeurbanne, les clubs de Rillieux, Villeurbanne et Vaulx en Velin sont allés chercher eux-mêmes ces boxeurs bulgares. Sans ça, pas de combat de qualité. Ou pas de combat du tout. Pourtant, en prévision du tournoi de France, Amor doit boxer. "On doit faire au moins deux combats, surtout après 7 mois sans boxer. Bon, Amor est parti faire du sparring-partner dans une grosse écurie allemande, mais il a besoin de compétition."
Passé professionnel il y a un an et demi, le jeune rilliard affiche aujourd’hui 4 victoires en autant de combats, dont une avant la limite. Une belle entrée en matière qui n’étonne par son entraîneur. "Son style correspond plus au monde professionnel. Les arbitres arrêtent moins souvent le match, c’est moins haché. Amor, il aime mettre la pression, il est meilleur sur la longueur." D’ailleurs, en professionnel, les rounds durent plus longtemps, un avantage pour le boxeur originaire du sud de la Tunisie. Ses points forts ? "Il est généreux, entier, il ne cherche pas à gérer un match, il donne toujours tout ce qu’il a. Sa petite taille (1m64), est aussi un atout". S’il évolue pour l’instant en classe C, il veut monter rapidement de niveau. Une victoire en finale de la coupe de France lui offrirait déjà une place en classe B. Mais avant, il faudra gagner la demi-finale du tournoi de France, en avril. Le combat de samedi est la première étape pour s’y rendre dans les meilleures conditions.


Le rilliard Amor BELHADJ-ALI participe au gala de Villeurbanne pour gagner et se préparer à la demi-finale du tournoi de France